Brèves de Montagne

Contact

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 9 mai 2018

Le printemps 2018 s’annonce très silencieux dans les campagnes françaises.

Les populations d’oiseaux vivant en milieu agricole se sont réduites d’un tiers en quinze ans, alertent ce mardi le CNRS et le Museum d’histoire naturelle.

Le printemps 2018 s’annonce plus silencieux dans les campagnes françaises. C’est le triste constat que fait un rapport du CNRS et du Muséum d’histoire naturelle. Selon les derniers résultats de deux études menées par ces deux instituts, les oiseaux des campagnes françaises disparaissent à une vitesse vertigineuse.

Les populations vivant en milieu agricole cultivé ont nettement diminué et cette tendance s’est encore intensifiée en 2016 et 2017, faits depuis 1989 par le « Suivi Temporel des Oiseaux Communs » (STOC), qui, au sein du Muséum, surveille aussi la situation dans les villes et les forêts. Pour le Muséum et le CNRS, ce déclin dans les campagnes « atteint un niveau proche de la catastrophe écologique ».

« On ne prend pas de grands risques en disant que les pratiques agricoles sont bien à l’origine de cette accélération du déclin », explique Grégoire Loïs, directeur adjoint de Viginature, qui chapeaute le STOC, car les oiseaux ne déclinent pas au même rythme dans d’autres milieux.

« Il y a un déclin léger sur le reste du territoire, mais rien à voir en termes d’amplitude » avec les zones agricoles, ajoute-t-il. En zones agricoles, des espèces comme la fauvette grisette ou le bruant ortolan, ont perdu en moyenne un individu sur trois en quinze ans.

COMMUNIQUE DE PRESSE DU CNRS : ICI

samedi 5 mai 2018

30 ans de Mountain Wilderness - une montagne d'initiatives pour l'avenir

Le 24 mars 2018 s’est tenue l’Assemblée générale de Mountain Wilderness France. A l’heure du rapport moral, Frédi Meignan, président de MW, a engagé son discours avec un rappel qu’il fait du bien d’entendre.
Nous aimons profondément les montagnes et les territoires de montagne. Ils sont précieux, des sources d’expériences de vie essentielles, primordiales pour notre équilibre de vie personnel et collectif, où l’on peut renouer avec la nature et avec la terre. Ils incarnent à la fois la beauté de la planète et la beauté de la vie sur Terre. Nous voulons les protéger et à raison.

UNE NATURE FRAGILE ET EN DANGER

Aujourd’hui, l’actualité nous rappelle tristement la disparition vertigineuse des oiseaux, des insectes, des sons de la nature, signes inquiétant et révélateurs d’une dégradation rapide de la planète. Entendrons-nous encore dans 5, 10 ans, des chants d’oiseaux chatouiller le silence de la montagne ?
Tout l’équilibre écosystémique, la chaîne alimentaire et la biodiversité se fracturent à grande vitesse. L’éternel question qui revient sans cesse est la suivante : pourquoi l’être humain s’est-il placé en position de supériorité, de domination face au vivant, à la nature alors même qu’il en fait partie ? Il y a urgence à renouer le lien profond avec la nature pour infiniment plus de respect des uns envers les autres. Il y a urgence à impulser des relations de l’Homme à la nature et à la montagne, stimulantes et respectueuses.

La SUITE : ICI

jeudi 3 mai 2018

Venez vous initier à l'orientation en montagne les 9 et 10 juin !

Lire la suite...

dimanche 29 avril 2018

Ailefroide Altitude 3954 de Jean-Marc Rochette - Editions Casterman

De Grenoble à la Bérarde en mobylette.
Des rappels tirés sur la façade du Lycée Champollion.
Avec l’exaltation pure qui tape aux tempes, quand on bivouaque suspendu sous le ciel criblé d’étoiles, où qu’à seize ans à peine on se lance dans des grandes voies. La Dibona, le pilier Frendo, le Coup de Sabre, la Pierre Alain à la Meije, la Rébuffat au Pavé : le Massif des Écrins tout entier offert comme une terre d’aventure, un royaume, un champ de bataille parfois.
Car la montagne réclame aussi son dû et la mort rôde dans les couloirs glacés.

Récit initiatique d’un gamin qui se rêvait guide et qui devient dessinateur, Ailefroide est tout à la fois une célébration de l’alpinisme, une déclaration d’amour à la haute montagne et une leçon de vie. 
Scénario : Olivier Bocquet, Jean-Marc Rochette Dessin : Jean-Marc Rochette - 28,00 €

vendredi 20 avril 2018

L’organisation basque ETA demande pardon pour le « mal » causé durant sa lutte armée

Le groupe séparatiste « Pays basque et liberté », qui sera dissous en mai, a tué plus de huit cents personnes au cours des décennies de lutte contre l’Etat espagnol.

L’organisation séparatiste basque Euskadi Ta Askatasuna (« Pays basque et liberté », ETA) a reconnu le « mal » qu’elle a causé pendant sa lutte armée et a demandé pardon aux victimes, dans un texte publié vendredi 20 avril par le journal basque Gara.
 « Nous avons causé beaucoup de douleur et des dommages irréparables. Nous voulons manifester notre respect aux morts, aux blessés et aux victimes des actions d’ETA… Nous le regrettons sincèrement. »

« ETA, organisation socialiste révolutionnaire basque de libération nationale, veut reconnaître par cette déclaration le mal causé au cours de sa trajectoire armée, et manifester son engagement à surmonter définitivement les conséquences du conflit.
Le groupe séparatiste, qui a tué plus de 800 personnes en plusieurs décennies de lutte contre l’Etat espagnol, affirme cependant ne pas être le seul responsable des souffrances au Pays basque. « La souffrance existait avant la naissance d’ETA et a continué après qu’elle a cessé la lutte armée », peut-on lire dans le communiqué.

Le Monde du 20/04/2018 : ICI

jeudi 12 avril 2018

Pau/Pyrénées

Où est l’âme de la Cité des Pyrénées ? interroge la journaliste Marie Berthoumieu,  dans un article de la République des Pyrénées du 12 avril.ICI

Dans chacun de nous d’abord, adhérents, militants, salariés, usagers, sommes-nous tentés de répondre  tant son article nous touche même s’il y a longtemps que nous partageons une grande partie du constat.

Hélas…

Quand une « bande » de montagnards, artisans, travailleurs sociaux, passionnés s’est levée pour participer au côté de la MJC à la fin des années 90 à la création de La Maison de la Montagne ce n’était pas pour en faire un projet de quartier mais bien un endroit montagne fédérateur, sans frontières et ambitieux.

Nous parlions alors de Pôle Montagne, de Lieu de Référence, de Centre de Ressources. Nous prenions nos modèles sur la Maison de la montagne de Grenoble et la bibliothèque marchait dans les traces de celle de l’ENSA à Chamonix (où existe déjà une maison de la montagne et que nous avions visitée) ou du centre de documentation de Sabadell. Les bénévoles y ont cru, et chacun pour justifier l’idée a prêté ses propres livres, ses revues, cartes IGN, livres rares, topos pour constituer le premier fonds documentaire, .

Lire la suite...

[On parle de Montagne Douce] Les intérêts du réseau soulignés dans la presse locale

Retour sur les articles parus dans Sud-Ouest et dans La République des Pyrénées ces derniers jours !

A lire sur le site Internet dédié à notre Initiative Montagne Douce.

mercredi 11 avril 2018

Soirée projection "Los 3000" avec Alberto Lasala Fernandez le vendredi 4 mai à la Cité des Pyrénées

Le Club Alpin Français de Pau, La Maison de la Montagne, les Amis du Parc National des Pyrénées et la MJC Berlioz vous invitent à gravir les 3000 des Pyrénées à la Cité des Pyrénées !

Lire la suite...

vendredi 6 avril 2018

Ciao Jacques!

J’suis qu’un grain de poussière, un grain de poussière
Qui colle à tes bottines, qui bloque la machine,
Qui fait d’une ville un désert,
Un grain de poussière, un fils de la terre et du vent.
J’suis qu’un grain de poussière, un grain de poussière
Perdu comme un enfant dans l’œil du firmament,
Prisonnier d’un courant d’air,
Un grain de poussière, un fils du soleil et du vent.

J’suis qu’un grain de poussière, un grain de poussière
Qui erre à la lisière de l’enfer et du ciel,
Un ange gardien du Néant.
J’suis qu’un grain de poussière, infiniment petit ou grand.
J’suis qu’un grain de poussière, un grain de poussière
Perdu comme un enfant dans l’œil du firmament,
Prisonnier d’un courant d’air,
Un grain de poussière, un fils de la terre et du vent.

jeudi 5 avril 2018

Antoine Le Menestrel/ Cie Lézards bleus/ avril 2018

- page 2 de 150 -