Écrivain, pyrénéiste, collectionneur, chercheur empli de curiosité, Claude Dentdaletche est venu plusieurs fois à la Maison de la Montagne pour donner un coup de main et nous combler de son (immense) savoir pour la soirée “Russell” par exemple…

Une excellente interview d’Odile Faure dans Sud-Ouest (Homme en quête d’altitude) nous permet de découvrir un peu plus le personnage…à lire : attention paroles fortes !

  • Même si je reconnais leur utilité, j’ai horreur des balises, des GR, des traces jaunes. La production littéraire aujourd’hui, c’est prenez à droite, prenez à gauche. Je n’aime pas les autoroutes car c’est trop canalisé. » C’est la raison pour laquelle il n’a jamais gravi le Mont Blanc, « trop de monde »
  • « L’ours a été récupéré par les associations. J’ai été la bête noire de beaucoup à une époque »
  • “Je pense donc qu’il s’agit d’un nouvel épisode de la « défense des libertés locales » par ceux dont c’est le fonds de commerce depuis la naissance du Parc en 1967, contre les supposées agressions étatiques… Le nécessaire tandem écologie, économie, développement durable n’est pas encore passé dans les mœurs !”(à propos de la nouvelle charte du Parc national des Pyrénées)
  • « Je n’ai pas la mentalité ni la philosophie des grimpeurs. Je grimpe quand cela est nécessaire, mais pas pour la performance sportive. J’ai une perception très globale de la montagne. Par contre, j’ai soif de découvrir des choses nouvelles avec une envie de transmettre. C’est la source de ma pulsion. »
lire le texte…