a organisé le premier concours des prairies fleuries sur le canton de Luz. Après délibération, le jury a octroyé le grand prix, pour le plus bel équilibre agri-écologique, à Denis Laporte pour sa parcelle de Sers. Le prix paysager revient à Pierre Caussieu pour sa parcelle de Gavarnie. Christine Lassalle remporte, elle, le prix agronomique pour sa parcelle de Betpouey. Pour finir, le prix écologique est attribué à Danielle Broueilh-Nogué pour sa parcelle de Barèges.
Deux de ces gagnants iront représenter les Hautes-Pyrénées au concours national des prairies fleuries. En attendant, les lauréats recevront leur prix lors de la foire aux côtelettes de Luz Saint-Sauveur, fin septembre.

Qu’est-ce qu’une prairie de montagne ?
Lieu de production d’herbe pour les troupeaux domestiques, les prairies situées en montagne présentent une biodiversité très particulière. Au-delà des espèces classiques des prairies (trèfles, boutons d’or…), quantités de plantes, appréciant le climat dur de la montagne ou ses sols moins profonds, sont aussi présentes (reine des prés, centaurées…). Une prairie de plaine ne contient généralement qu’une dizaine d’espèces végétales différentes par hectare. Les prairies de montagne présentent, elles, aisément plus de 40 espèces, et jusqu’à une centaine pour les plus diversifiées !
Outre les fleurs, les insectes, oiseaux, reptiles ou petits mammifères y sont abondants.
Les prairies de montagne se rencontrent principalement autour des villages, en fond de vallée ou en zone intermédiaire.
La zone intermédiaire est l’espace entre le village et l’estive. Parsemée de granges, elle représentait une étape pendant la transhumance.
Sur le territoire du parc national, les prairies recouvrent plus de 15 000 hectares. Elles ont un rôle paysager majeur, et sont les témoins de l’histoire et de l’héritage des vallées.
Dans le cadre de l’année internationale de la Biodiversité, le Parc national des Pyrénées organise, avec le soutien de l’ADASEA, le premier concours d’excellence agriécologique «Prairies fleuries », sur le canton de Luz Saint-Sauveur. Il aura lieu en juin et juillet. L’objectif ? Favoriser les pratiques agricoles qui, par la fauche et le pâturage, entretiennent et contribuent à la richesse de prairies de grande valeur écologique. Le concours fait aussi la promotion de l’AOC Barèges-Gavarnie.
Un jury local aux compétences complémentaires (agronomie, flore, environnement, architecture et paysage) aura comme objectif de repérer les plantes indicatrices de la qualité des prairies et de récompenser le meilleur équilibre entre valeur écologique et valeur agricole. Le gagnant participera au concours national, en octobre, doté de 600 €.

Les partenaires du concours :
La Chambre d’agriculture des Hautes-Pyrénées, le Conservatoire
Botanique Pyrénéen, l’AOC Barèges-Gavarnie, le Centre de Ressource
sur le Pastoralisme et la Gestion de l’Espace, le Conseil Général des
Hautes-Pyrénées, l’INRA de Toulouse, la commune de Gèdre, la
Direction Départementale des Territoires des Hautes-Pyrénées.

Source : Empreintes N° 27 le journal du Parc National des Pyrénées