Dans le cadre du Grenelle Environnement et du Grenelle de la mer, de nombreux engagements ont déjà été pris et contribuent à la mise en œuvre de la Stratégie nationale pour la biodiversité. Ils concernent en particulier la protection des espèces et des espaces naturels (stratégie de création d’aires protégées, plans nationaux d’action pour les espèces, etc.). La mise en œuvre de l’ensemble de ces engagements sera poursuivie. En complément et dans le cadre de ses compétences, l’État s’engage pour la mise en œuvre de la SNB. Ce sont ces engagements qui sont décrits dans les divers documents (en annexe).

Aperçu global
Le Grenelle Environnement est venu renforcer et compléter la Stratégie nationale de la biodiversité (PDF - 2854 Ko) avec un nombre important de mesures nouvelles. La programmation 2009-2010 des plans d’actions sectoriels reprend ces mesures afin de garantir un ensemble d’actions cohérent et complet dans les secteurs de l’agriculture, de la forêt, des infrastructures de transport, de la mer, de l’international, de l’urbanisme, de la recherche, du patrimoine naturel, de l’outre-mer.
Ainsi, la Trame verte et bleue structure fortement le plan d’actions pour le patrimoine naturel, de même que l’élaboration de plans nationaux d’actions pour les espèces les plus menacées ou encore l’élaboration d’une stratégie nationale de création des aires protégées et l’objectif de protection forte à terme de 2% du territoire métropolitain. La Fondation de recherche pour la biodiversité, décidée lors du Grenelle et qui a vu le jour en février 2008, constituera l’un des pivots majeurs de la recherche pour la biodiversité. Le développement de la certification environnementale et la création d’un observatoire de l’évolution de la biodiversité en lien avec les pratiques agricoles viennent compléter le programme d’actions dans le domaine de l’agriculture ; des pistes de valorisation des biens et services fournis par la forêt seront étudiées.

A l’international, le soutien de la France à la mise en place d’un mécanisme d’expertise scientifique sur la biodiversité à l’image du GIEC est réaffirmé. Dans le domaine de l’urbanisme, le lancement d’un plan « restaurer et valoriser la nature en ville » s’inscrit dans la lutte contre l’étalement urbain et la promotion de la ville durable. Des moyens conséquents (plus de 7 millions d’euros) ont été dégagés en faveur du patrimoine naturel exceptionnel qui se trouve dans les collectivités d’outre-mer et des actions importantes seront menées en 2009 et  2010 pour renforcer la gestion des aires protégées, lutter contre les espèces envahissantes et développer les connaissances sur la biodiversité. La gestion intégrée de la mer et du littoral sera développée et de nouvelles aires marines protégées – dont 10 parcs naturels marins - mises en place. Des guides techniques et des formations seront proposés aux gestionnaires d’infrastructures de transport.
Enfin, un nouveau plan d’action concernant le Tourisme vient d’être adopté afin de mieux sensibiliser les professionnels du secteur et la clientèle touristique à la biodiversité et d’intégrer des critères de biodiversité dans les aménagements touristiques.

Photographie Gypaète barbu ©Antoine Rezer