(Cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Néré
 : Ce grand mâle a été repéré 10 fois de façon certaine grâce à la génétique sur Hecho, Laruns, Etsaut, et Urdos. Ses empreintes de pattes particulières permettent de rajouter 15 localisations sur les communes, Borce, Accous et Isaba.
http://www.larepubliquedespyrenees.fr/2012/06/28/ossau-l-ours-attaque-deux-nouvelles-brebis,1089056.php

Cannellito
 : Nous disposons de 1 localisation fiable (génétique) de cet ours sur la partie est du noyau occidental (Luz St Sauveur) et de 7 autres probables (empreintes) en mai-juin-juillet sur Cauterets, Estaing et 1 sur Laruns.
Pyros : Agé d’environ 23 ans, ce grand mâle a été détecté 63 fois, (photos-vidéos, génétique…) entre les communes de Fos (31) et St Lary (09) versant français d’une part et Canéjan /Aneu versant espagnol de l’autre. Les résultats des analyses génétiques nous permettent aussi de constater que son génotype est compatible, en tant que père, avec les génotypes des oursons de Hvala et celui de Pollen nés en 2011. Un comportement de dominance a été observé par 2 fois (photo auto) chez cet ours puisqu’il suivait de près deux mâles adultes notamment Balou à 30 mn d’intervalle.
Hvala : Cette ourse a été localisée 17 fois en 2011. Une observation directe confirmée par des photographies nous a permis de constater qu’elle était suitée de 3 jeunes de l’année. Pour mémoire, elle a été vue en compagnie de Pyros lors du rut 2010.
Balou : Cet animal s’est montré le 6 avril sur Les Monts d’Olmes, puis à partir du 15 avril sur Comus et Belcaire (11) jusqu’au 19 mai où il fréquentait quasi quotidiennement une station de suivi et un agrainoir à maïs pour sangliers. Le 9 juin, une photo automatique le montrait sur Vielha (Val d’Aran) à 97 km, puis jusqu’à la fin de l’année sur les Pyrénées Centrales. La dernière observation probable de l’année, qui le situait sur la vallée d’Orle (09), date de mi-novembre.
Sarousse : Cette femelle est géographiquement isolée du reste de la population (25 km vers le sud) sur la zone d’Aragon qu’elle occupe régulièrement depuis 2010. Les photos ne la montrent toujours pas suitée. Aucune information fiable n’indique une quelconque cohabitation avec un second individu. Bambou : Cette fille de Hvala se distingue des autres ours par un reste de collier clair sur les épaules. Une photo d’avril la montre toujours accompagnée d’au moins un de ses jeunes (Fadeta ou Floreta).
Caramellita : C’est la femelle qui vit le plus à l’Est de la chaîne des Pyrénées. Elle a été localisée à 2 reprises, par la génétique, sur le versant Catalan, dans l’axe de la vallée de Siguer.
Moonboots : Ce mâle fut détecté pour la première fois par la génétique en 2009 sur la commune d’Auzat (09). Il s’est déplacé, comme Balou, sur la partie centrale des Pyrénées où se trouvent les femelles en âge de se reproduire.
Nheu, soeur de Noisette et fille de Hvala et Pyros, née en 2009, demeure discrète puisqu’on ne la localise qu’une seule fois, côté français, sur la Vallée d’Orle en Ariège.
Noisette : Un subadulte, probablement Noisette, a été observé quasiment quotidiennement (fin d’après-midi surtout) sur la vallée du Varrados (commune de Viella, Val d’Aran) en juin et juillet. Cet ours s’alimentait, entre autres, de fleurs et feuilles d’une grande ombellifère (Angelica razulii).
Pelut et Plume : Ces deux subadultes mâle et femelle, jeunes de Caramelles et Pyros, émancipés au printemps 2011, stationnent toujours sur le domaine de vie de leur mère. Ils ont été détectés seuls en cours d’année et ensemble peu avant l’hibernation, le 18 novembre.
Floreta et Fadeta : Nées en 2010, de Bambou et Pyros, ces deux femelles subadultes ont été détectées dans le Val d’Aran grâce à la photo automatique mais aussi par le biais de la génétique pour Fadeta. Comme leur mère, elles semblent avoir une préférence pour cette zone du versant Espagnol.
Pollen : Cette femelle née en 2007, fille de Hvala et de père inconnu a donné naissance à un ourson qu’elle a perdu en juillet. Elle fut observée, 15 jours après la mort de son ourson (30 juillet) en compagnie de Pyros. (photo ci-dessous). Bien que tardif par rapport à la période habituelle du rut, une tentative de monte de Pyros sur cette femelle a été observée à cette occasion.
Bonabé : le nom de ce mâle, fils de Caramelles et Pyros dont l’âge est inconnu, a été donné par nos homologues Catalans. Il s’agit tout simplement du nom du lieu-dit où cet animal a été détecté pour la première fois par la génétique en 2009 et 2010. C’est la première fois que nous le détectons versant français, plus précisément sur St Lary et Melles.