Rejoignant au cimetière ses potes Reiser, Choron ou Gébé, l’humoriste et écrivain emporte avec lui une France libre, celle du mauvais goût, où la provocation était un désir et pas un fonds de commerce.

Lire la suite de ce bel hommage sur SLATE