Mi-avril 2014, la découverte d’un plantigrade âgé de quelques mois seulement dans le Val d’Aran, a fait la Une des journaux espagnols. Contrairement aux autres portées de l’année, régulièrement détectées par les caméras automatiques disséminées dans la montagne, l’animal a été trouvé par un promeneur dans le village d’Aubert. La petite boule de poils de trois kilos, a aussitôt été baptisée « Auberta » par la presse espagnole.
Elle a été capturée, dotée d’un émetteur puis relâchée à trois reprises dans la nature aux meilleurs endroits selon les techniciens du suivi Ours afin qu’elle puisse retrouver naturellement sa mère. Malheureusement toutes ces tentatives ont échoué.
Les responsables du suivi Ours ont donc décidé de la déplacer dans un enclos en semi-liberté à l’abri des prédateurs et de la curiosité des humains.
La Fondation Pyrénées conservation est intervenue afin de financer l’ensemble de la construction et de l’aménagement de cet enclos, afin de donner des chances à Auberta de se développer correctement afin qu’elle puisse se débrouiller à terme toute seule, et retourner à la vie sauvage à laquelle elle appartient.
Le partage de territoires entre grands carnivores et éleveurs pose, partout dans le monde, des problèmes de cohabitation. Mais avons-nous le droit, en tant qu’espèce dominante, de décider de la biodiversité qui nous convient ? Comme dans la plupart des pays, notre responsabilité est de maintenir ces espèces en co-existence avec les activité humaines. L’Ours, peuple les Pyrénées depuis 250 000 ans et fait partie intégrante du patrimoine naturel de nos montagnes…La plus grande récompense que pourra nous faire Auberta, c’est de devenir un jour maman et faire beaucoup d’oursons afin de pérenniser les ours dans nos Pyrénées pour que nos enfants puissent encore rêver de grands espaces sauvages et de liberté…

http://www.parc-animalier-pyrenees.com/gp/Auberta/191