© Photo archives afp
La mort de Cannelle, dernière ourse de souche pyrénéenne, tuée par balle au-dessus d’Urdos (vallée d’Aspe), le 1er novembre 2014, lors d’une funeste battue au sanglier, a-t-elle sonné le glas de l’ours en Béarn. Dix ans après les faits qui avaient pris les allures d’un drame national, le président Chirac s’emparant de cette « grande perte pour la biodiversité en France et en Europe », Gérard Caussimont, le plus actif et constant militant de la cause de l’ours des Pyrénées, veut continuer à y croire.
À ce jour, le noyau du Haut Béarn ne compte plus que deux individus mâles : le dominant Néré, 17 ans, et Cannelito, 10 ans, fils de Néré et de Cannelle. Il ne subsistait déjà plus que quatre mâles à la mort de cette dernière.

Mais, en ce dixième anniversaire, le président du Fiep réclame de « tourner la page » et souhaite « regarder vers l’avenir ….suite ICI (édition abonnés)