Les Bushmen de la Réserve du Kalahari central au Botswana sont les derniers chasseurs d’Afrique. En 2006, ils ont gagné un procès contre le gouvernement, les autorisant à retourner sur leur territoire ancestral après en avoir été expulsés de force.

L’histoire aurait pu s’arrêter là, mais le Botswana continue de persécuter impitoyablement et sans relâche ses premiers habitants afin de les chasser de leurs terres. Il leur est interdit de chasser et ils sont obligés de demander un permis pour entrer dans la réserve. Ils sont maintenant poussés au bord de l’extinction.

Survival a appelé à un boycott international du tourisme au Botswana tant que le gouvernement ne garantira pas les droits des Bushmen.

Le tourisme représente la plus importante source de revenus du Botswana après l’exploitation de diamants.
L’Office de tourisme botswanais utilise sans vergogne des images folkloriques de chasseurs bushmen pour promouvoir le tourisme dans le pays, tandis que les autorités gouvernementales font tout leur possible pour effacer toute trace de la tribu dans la réserve.
Les touristes sont ouvertement encouragés à profiter d’une ‘expérience bushman’, à partir en expédition en compagnie de Bushmen afin d’apprendre leurs pratiques de chasse et de cueillette et d’assister à leurs ‘danses de transe’. En même temps, le gouvernement interdit aux Bushmen de chasser et la majorité d’entre eux sont contraints de vivre hors de leur territoire ancestral.

Survival appelle les agences de voyage et les voyageurs du monde entier à soutenir les Bushmen en boycottant le tourisme au Botswana.
La pression du public est l’unique manière de pousser le gouvernement à respecter les droits des Bushmen.

http://www.survivalinternational.fr/