Sources : Météo France

Ce vendredi 22 septembre est annoncé comme le début de l’automne sur les calendriers. Pourtant, pour les météorologues, l’automne a déjà commencé …
Si les saisons astronomiques ou calendaires débutent avec les équinoxes (printemps et automne) et les solstices (été et hiver), en météorologie, elles débutent en effet plus tôt et correspondent à des périodes de trois mois pleins. Pourquoi un tel décalage ?
Prenons comme exemple l’été. En météorologie, l’été correspond à la période de l’année la plus chaude. La durée d’ensoleillement maximale se situe autour du solstice d’été (20 ou 21 juin). Mais en raison de l’inertie de l’atmosphère, ce n’est qu’environ trois semaines plus tard que la température moyenne est généralement à son maximum, c’est-à-dire à la mi-juillet. On considère que ce moment correspond au milieu de l’été. Ainsi, en météorologie, l’été commence début juin et s’achève fin août.
Avec le même raisonnement, l’ensoleillement est minimal au solstice d’hiver (21 ou 22 décembre). Mais avec l’inertie de l’atmosphère, le pic de l’hiver se situe plutôt mi-janvier. L’hiver météorologique commence ainsi début décembre et s’achève fin février.
Les saisons sont inversées dans l’hémisphère Sud.

Ci-dessous l’Image du satellite METEOSAT10, le 23 septembre 2015 à 6 h UTC. L’équinoxe de ce 23 septembre marque le début de l’automne astronomique et calendaire. Durant un équinoxe, le jour et la nuit ont une durée strictement identique. La ligne de démarcation entre le jour et la nuit, appelée terminateur, bien visible sur cette image, divise exactement les deux hémisphères du globe. © Météo-France / CMS