le Bel Ordinaire
la Maison de la Montagne

art contemporain
du 05/02 au 30/03/18

Corps minéral

carte blanche à Christophe Clottes

Pour donner suite à une première collaboration fructueuse qui avait permis en 2017 la présentation de Paysages domestiques, exposition monographique de Clémentine Fort ; le Bel Ordinaire et la Maison de la Montagne s’associent à nouveau pour donner carte blanche à Christophe Clottes. 
Christophe Clottes saisit cette invitation pour, le temps d’une résidence au Bel Ordinaire, poursuivre ses recherches et expérimentations, et produire de nouvelles œuvres qui s’inscrivent dans la continuité de son travail qui explore souvent les phénomènes géologiques et s’appuie régulièrement sur sa pratique de la montagne.


Ainsi, jusque dans sa plus petite molécule, la montagne énorme forme une combinaison d’éléments divers qui se sont mélangés en proportions changeantes ; chaque cristal, chaque minerai, chaque grain de sable ou parcelle de calcaire, a son histoire infinie, comme les astres eux-mêmes. Le moindre fragment de roche a sa genèse comme l’univers. […]
Mais non seulement les molécules des roches se rapprochent ou s’éloignent et se groupent diversement, suivant les conditions physiques dans lesquelles elles se trouvent pendant le cours des âges, mais la composition des pierres change également ; c’est un chassé-croisé continuel, un voyage incessant de corps qui se déplacent, s’entremêlent, se poursuivent. […] Tantôt la pierre se contracte, se fendille, se creuse en grottes, en galeries, et de grands écroulements s’y produisent, modifiant ainsi l’aspect et la forme extérieure du mont. A chaque modification intime dans la composition de la roche correspond un changement dans le relief. La montagne résume en elle toutes les révolutions géologiques. […]
L’histoire de la montagne est celle de la planète elle-même ; c’est une destruction incessante, un renouvellement sans fin.


Élisée RECLUS, Histoire d’une montagne, 1880
extraits librement assemblés



Artiste plasticien, Christophe Clottes vit et travaille à Pau. Son travail prend la forme d’installations, relevant l’aspect transitoire et le potentiel de décomposition/recomposition de nos environnements. En 2017, Christophe Clottes présentait, dans une des salles de la grande galerie du Bel Ordinaire, son travail dans l’exposition collective Monts et merveilles, dont le commissariat était assuré par François Loustau. Certains d’entre vous ont pu ainsi rencontrer :

Écho erratique
2017, dessin mural. Production le Bel Ordinaire
Avec cette oeuvre, l’artiste aborde deux idées: celle du hasard et celle de la singularité de chaque pierre. Au fil de ses promenades en montagne, il repère des rochers erratiques, qui n’ont pas la même nature que le sol sur lequel ils reposent, et entreprend de matérialiser la ligne qui les sépare de leur environnement. Sans détacher le regard de l’objet et sans soulever la main, il trace à l’aveugle leur contour en variant les points de vue, il se déplace à huit reprises à 45 degrés jusqu’à faire le tour complet du rocher. À la fois semblables et différents, les tracés sont le produit d’un unique geste qui, selon Christophe Clottes, est instinctif: pensée et mouvement de la main sont ainsi indissociables. Cette série d’actions, accomplies suivant un strict protocole, a pour but de révéler l’évolution de la pierre dans son environnement, tout en mettant en évidence son individualité propre.

Extraits
2017, estampes, galets scindés et socle. Production le Bel Ordinaire
Exposé pour la première fois à l’occasion de cette exposition, cette série témoigne de l’intention de dévoiler la structure cachée de la roche. L’artiste qui s’intéresse à la relation entre l’environnement et l’individu, ainsi qu’à l’histoire géologique, ramasse des galets déjà fissurés dans le lit du gave, puis les casse en deux. En réalisant une impression, par pression, de l’intérieur de ces cailloux à l’apparence extérieure patinée, il raconte leur histoire. Une histoire dont il devient lui-même un des acteurs puisque son geste vient révéler des fissures déjà existantes.




À partir du mois de novembre 2017, pour préparer cette exposition à la Cité des Pyrénées, Christophe Clottes s’installe en résidence de recherche et de production au Bel Ordinaire.


Il poursuit ces recherches dans la lignée des oeuvres présentées dans ses précédentes expositions, que ce soit au Bo ou à la Commanderie de Lacommande, et continue à s’intéresser aux détails de la montagne. Sur les chemins de randonnées, son attention est toujours captée par ces grands rochers erratiques, détachés de falaises ou poussés par des glaciers aujourd’hui disparus. Cette fascination se traduit à nouveau par un jeu de dessin entre l’oeil et la main qui trace les détails d’une forme, dans une épure sensible. C’est sûr, Corps minéral sera l’occasion de présenter un nouvel Écho erratique.
Depuis la création des Extraits, l’intérieur même des cailloux attise son intérêt. Ces pierres charriées et polies par les rivières, étaient alors éclatées pour en révéler l’intérieur, invisible témoin d’une histoire géologique qui devenait alors une matrice pour l’impression d’estampes. La résidence est l’occasion pour Christophe Clottes d’expérimentations multiples qui lui permettent de mettre au point de nouveaux procédés d’impression. En s’appuyant sur la technique de la sérigraphie, après avoir créé des pigments en broyant des roches, il parvient à générer un nouveau type d’images. Jouant de l’analogie entre l’érosion et la sédimentation produites par les rivières et celles qu’il parvient à mimer dans l’atelier, il crée deux nouvelles séries. L’une s’appuyant sur un travail de dessin au point, l’autre sur des formes plus vagues, plus floues, plus fantomatiques.  Dans l’exposition, les roches, galets et cailloux qui ont partagé le temps de résidence avec lui, seront également présents : volumes, corps minéraux venant habiter l’espace …


Une exposition en coréalisation et partenariat


Cette exposition a été coréalisée par la Maison de la Montagne et le Bel Ordinaire. Chaque structure apportant un soutien à la production de l’exposition et le BO accueillant l’artiste invité en résidence de recherche et de production. L’association GéolVal rejoint l’aventure en s’associant à la Maison de la Montagne pour proposer des visites, des ateliers et des conférences; permettant ainsi la rencontre entre géologie et art contemporain.

La Maison de la Montagne,

association loi 1901, est née en 2000 de la volonté partagée d’acteurs sociaux et économiques du quartier Berlioz, ainsi que de passionnés et de professionnels de la Montagne.Elle développe des actions combinant intimement la culture, le social et la pratique de terrain dans une perspective résolue de partage, de transmission, de diffusion des valeurs que ces appropriations induisent.
blog.lamaisondelamontagne.org

GéolVal

est une association loi 1901 qui s’est donné comme vocation la pratique du tourisme autour de la géologie des Pyrénées. Elle compte parmi ses membres des géologues amateurs ou professionnels, des amoureux de la randonnée, désireux de partager avec petits et grands la découvertede la géologie.L’activité de GéolVal s’adresse à tous et propose des sorties géologiques (à pied, à vélo, en raft, en voiture…) ; des conférences, des exposés et des expositions autant pour les scolaires que les professionnels et comités d’entreprise GéolVal et GeoAmbiente ont réalisé la Route Géologique TransPyrénéenne en vallée d’Aspe et Haut Aragon.www.geolval.fr

Le Bel Ordinaire,

Équipement de l’agglomération Pau Béarn Pyrénées dédié à l’art contemporain et au design graphique, le BO est ouvert à tous pour y découvrir des expositions,des rencontres et des animations.

Rendez-vous

Vernissage : mar. 06/02, 19h

Infos pratiques

La Maison de la Montagne est ouverte
lun. mar. de 10h à 12h
et de 14h à 18h,
mer. jeu. ven. de 10h à 12h
et de 14h à 19h