Le groupe séparatiste « Pays basque et liberté », qui sera dissous en mai, a tué plus de huit cents personnes au cours des décennies de lutte contre l’Etat espagnol.

L’organisation séparatiste basque Euskadi Ta Askatasuna (« Pays basque et liberté », ETA) a reconnu le « mal » qu’elle a causé pendant sa lutte armée et a demandé pardon aux victimes, dans un texte publié vendredi 20 avril par le journal basque Gara.
 « Nous avons causé beaucoup de douleur et des dommages irréparables. Nous voulons manifester notre respect aux morts, aux blessés et aux victimes des actions d’ETA… Nous le regrettons sincèrement. »

« ETA, organisation socialiste révolutionnaire basque de libération nationale, veut reconnaître par cette déclaration le mal causé au cours de sa trajectoire armée, et manifester son engagement à surmonter définitivement les conséquences du conflit.
Le groupe séparatiste, qui a tué plus de 800 personnes en plusieurs décennies de lutte contre l’Etat espagnol, affirme cependant ne pas être le seul responsable des souffrances au Pays basque. « La souffrance existait avant la naissance d’ETA et a continué après qu’elle a cessé la lutte armée », peut-on lire dans le communiqué.

Le Monde du 20/04/2018 : ICI