Cette année les piolets d’or célèbrent l’italien Walter Bonatti (79 ans) référence absolue de l’alpinisme des années 1950-1960.
Remettre ce type de récompense dans un milieu tel que l’alpinisme semble toujours un peu déplacé. Honorer un alpiniste pour une ouverture extrême oblige à s’appuyer  sur des critères  forcément un peu à géométrie variable (V. interview de Bunny dans la Tribune libre du 13/11/2008). La recherche de sponsors demande des instruments de mesure alors le système et les médias s’inventent des panthéons, des décorations, des remises de rubans multicolores, des palmarès et des podiums. Mais dans le cas de Bonatti il s’agit  sans doute de rattraper un temps irrémédiablement perdu et de réparer un oubli. Alors…