Comment définir l’escalade ?

Une gymnastique aérienne, une compétition verticale, un rassemblement de jet-setter de plats et de réglettes ? Ou peut être ce simple plaisir du geste, d’inventer un mouvement, le répéter jusqu’à l’apprivoiser ; comme un lien archaïque à l’histoire des hommes, la branche salvatrice remplacée par des SAE, des blocs, des falaises et des montagnes ?

Les pratiques sont diverses, extrêmes parfois, mais toujours, ce besoin primaire de s’élever, de grimper dans du facile ou du beaucoup plus dur.