Brèves de Montagne

Contact

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Keyword - pyrénéisme

Fil des billets

samedi 12 mai 2012

Nouvelle édition de l'ouvrage de Florian Jacqueminet : "Pyrénées d'un 3000 à l'autre"

La deuxième édition du topo-guide de Florian Jacqueminet, « Pyrénées d’un 3000 à l’autre » sera en librairie à partir de mercredi 9 mai. L’ouvrage est revu, quelques itinéraires ont été modifiés ainsi que les photographies.
“Florian Jacqueminet vous invite, en 44 courses à découvrir les 129 principaux sommets pyrénéens atteignant les 3000 mètres. Ces itinéraires sont à la portée du plus grand nombre des randonneurs et grimpeurs (difficulté maximale : AD/IV). Voulant faire plus qu’un simple guide, l’auteur évoque l’histoire du pyrénéisme et vous suggère de séjourner sur des terres secrètes, pleines de contrastes, d’aller à la découverte de paysages, de spectacles, d’ambiances et de lumières qui vous révéleront davantage la beauté et l’harmonie de la haute montagne pyrénéenne.
Parution aux éditions MonHélios.

jeudi 10 mai 2012

Présentation de "Lescun tous azimuts" à la salle Récaborde (Hédas) par Julien Lacazette et Damien Lemière

 Le Club Alpin Français de Pau organise une présentation, suivie d’une soirée “Spécialités régionales” à Pau le vendredi 11 mai à 19h à la salle Récaborde (Hédas) du livre “Lescun tous azimuts” aux Editions MonHélios.

Quatrième de couverture : “Niché au cœur de la vallée d’Aspe, le cirque de Lescun est un des hauts lieux des Pyrénées. Depuis son vaste plateau, les regards du visiteur se portent sur les multiples verts des prairies, sur son village posé contre la montagne et sur ses pointes calcaires massives ou élancées qui émergent de la forêt et des estives. Pour guider vos pas là où votre regard aura porté, Jean Lacazette et Damien Lemière ont conçu et écrit un topoguide qui permet à chacun de marcher à son gré dans le cirque, selon son niveau et sa forme, en suivant les parcours indiqués ou en composant leur propre itinéraire à l’écart des sentiers battus. Ils vous réservent aussi quelques apartés, pour reprendre votre souffle ou pour mieux comprendre le paysage et les hommes qui l’habitent. À la découverte, tous azimuts, de cet endroit si fascinant des Pyrénées”.

mercredi 9 mars 2011

Gavarnie, Colosseum de la nature de Victor Hugo

Au début de l’été de 1843, Victor Hugo part deux mois avec Juliette Drouet en Espagne et dans les Pyrénées. Le 31 août, ils découvrent le cirque de Gavarnie. Le poète est stupéfait.

“Vous avez visité peut- être les Alpes, les Andes, les Cordillères, vous avez depuis quelques semaines les Pyrénées sous les yeux ; quoi que vous ayez pu voir, ce que vous apercevrez maintenant ne ressemble à rien de ce que vous avez rencontré ailleurs.”

Lire la suite...

vendredi 16 juillet 2010

Interview de Claude Dentdaletche par Odile Faure dans Sud-Ouest

Écrivain, pyrénéiste, collectionneur, chercheur empli de curiosité, Claude Dentdaletche est venu plusieurs fois à la Maison de la Montagne pour donner un coup de main et nous combler de son (immense) savoir pour la soirée “Russell” par exemple…

Une excellente interview d’Odile Faure dans Sud-Ouest (Homme en quête d’altitude) nous permet de découvrir un peu plus le personnage…à lire : attention paroles fortes !

  • Même si je reconnais leur utilité, j’ai horreur des balises, des GR, des traces jaunes. La production littéraire aujourd’hui, c’est prenez à droite, prenez à gauche. Je n’aime pas les autoroutes car c’est trop canalisé. » C’est la raison pour laquelle il n’a jamais gravi le Mont Blanc, « trop de monde »
  • « L’ours a été récupéré par les associations. J’ai été la bête noire de beaucoup à une époque »
  • “Je pense donc qu’il s’agit d’un nouvel épisode de la « défense des libertés locales » par ceux dont c’est le fonds de commerce depuis la naissance du Parc en 1967, contre les supposées agressions étatiques… Le nécessaire tandem écologie, économie, développement durable n’est pas encore passé dans les mœurs !”(à propos de la nouvelle charte du Parc national des Pyrénées)
  • « Je n’ai pas la mentalité ni la philosophie des grimpeurs. Je grimpe quand cela est nécessaire, mais pas pour la performance sportive. J’ai une perception très globale de la montagne. Par contre, j’ai soif de découvrir des choses nouvelles avec une envie de transmettre. C’est la source de ma pulsion. »
lire le texte…

mercredi 14 avril 2010

La B.P.U ou Bibliothèque Pyrénéiste Utopique

Fourre tout, incohérente mais réaliste, voilà une tentative réjouissante pour constituer une bibliothèque pyrénéiste utopique. Mélange de topos guide, de carnets naturalistes, de (très) beaux livres, ce condensé en 25 titres pourrait constituer le noyau dur d’une bibliothèque idéale. Parois, paysages et histoires dessinent les contours d’un imaginaire qui invite à l’action et à la contemplation tout en plongeant profondément ses racines dans la culture montagnarde ;3 belles pierres philosophales sur lesquelles est bâti ce petit mausolée de littérature pyrénéiste.


Lire la suite...

lundi 12 avril 2010

Le Spigolo d'Ansabère à la médiathèque d’Este à Billère

A l’occasion de la projection ce vendredi 16 avril 2010 à 20h à la médiathèque d’Este à Billère des deux films que réalisa Louis Audoubert sur l’ascension du Spigolo à Ansabère il est bon de parler d’une des plus belles murailles des Pyrénées françaises.
Classée numéro 94 parmi les « 100 plus belles courses » du cultissime gros bouquin de Patrice de Bellefon, le Spigolo est une voie qui ne culmine qu’à 2350 m d’altitude. Cachée dans le replis des pâturages, cette paroi se dérobe longtemps au regard et, quand enfin peu après les cabanes d’Ansabère, on aperçoit les 200 m de calcaire qui dominent les éboulis de Pétragème…on se dit : (juron) “quelle muraille !” Nulle part ailleurs dans les Pyrénées on ne rencontre un tel élan vertical, un tel récif vertigineux, aérien, éthéré…”Cette proue de navire  qui fend le ciel du Béarn” comme l’a décrit de Bellefon dans son texte est effectivement d’une incroyable pureté.

Lire la suite...

lundi 22 février 2010

Cartes anciennes et cartes numérisées : une représentation des Pyrénées à travers les âges.

Avant les actuelles Top 25 de l’IGN , les plus anciens d’entre nous ont connu les cartes Boisson, Ledormeur ou même les cartes d’Etat Major au 80 000e pour se balader en montagne. Pas de courbes de niveaux mais des hachures représentaient le relief, des traits bleus pour décrire les rivières, pas d’ombrée, les grandes lignes de crêtes signalaient les vallées et les itinéraires figuraient en rouge pour les Ledormeur ou les Boisson. Pour se repérer sur le terrain, un sacré sens de la géographie était recommandé.
Pour qui ne les a jamais possédées et ne les posséderont sans doute jamais, certaines de ces cartes fabuleuses sont numérisées par les archives nationales ou départementales et accessibles en 3 clics. Une petite visite sur le Net s’impose pour approfondir le sujet… et pour les curieux, se révèle alors un véritable trésor d’archives cartographiques ! Cet incroyable voyage dans le temps permet d’apprécier le travail des géographes et de découvrir comment ils représentaient nos régions pyrénéennes. En quelques recherches,  de la très, très ancienne mappemonde d’Ebstorf (1230) et jusqu’aux cartes de Meillon, Schrader et Packe  pour les plus récentes, ce sont 800 ans d’archives géographiques et de découvertes cartographiques qui sont à votre disposition sur la toile. Pour le plaisir des yeux ! Voici ce que nous propose les sites de la BNF (Gallica) et de l’Adren…

Lire la suite...

lundi 15 février 2010

"Ansabère, un siècle de conquêtes"

Fier du succès des animations culturelles présentées conjointement par La Maison de la Montagne et les éditions MonHelios en 2009 aux habitants de l’agglomération de Pau, c’est tout naturellement qu’est née l’idée d’une nouvelle collaboration.

Nous avons donc le plaisir de vous informer que vous avez la possibilité de souscrire au livre “Ansabère, un siècle de conquêtes” de Boris et Ivan Thomas.


Vous trouverez ci-joint la fiche de souscription.

mardi 15 décembre 2009

Henry Russell: Un grand précurseur

A l’aube du XXIème siècle, la commémoration du centenaire de la disparition d’Henry Russell nous offre l’occasion de replonger dans ses écrits. Livre incontournable, adulé des pyrénéistes, véritable ode ô combien vibrante et passionnée, l’originalité et la force des tableaux décrits par Russell font -encore de nos jours- de ses Souvenirs d’un montagnard une œuvre de tout premier plan. Pour combien de jeunes pyrénéistes, leur lecture constituera-t-elle une véritable révélation de la grandeur de la haute montagne? Publiés en 1878 pour la première fois, puis dans leur version définitive en 1888 et 1908, d’un point de vue littéraire, ils font de son auteur, un « romantique attardé.» (1).  Et comme l’écrit justement M. Dollin du Fresnel (2), même si « ce style peut parfois paraître daté, l’homme ne l’est pas et il vous enchantera. » Cependant, l’évocation de la montagne, même traversée des élans poétiques de l’auteur, reste fidèle sur le terrain. Dans mes jeunes années de montagnard, l’idée de gravir le pic des Gourgs-Blancs me prît un jour. Copie du texte du maître en guise de carte, c’est par la voie emprunté par Russell lors de la première ascension (1864), raide couloir d’éboulis croulants s’élevant dans la paroi au dessus du glacier - itinéraire désuet de nos jours-, que je parvenais au sommet.

Lire la suite...

vendredi 6 novembre 2009

Robert Ollivier - Escalade artificielle et sentiment montagnard

A lire et à relire…
Quand s’engage un débat sur l’évolution de l’escalade, le pitonnage excessif, la perceuse, l’abus de spits, un bon vieux texte puisé dans les archives permet de jeter un regard en arrière et de prendre du recul. En comparant les époques on peut  voir que ce genre de débat a nourri l’histoire de l’alpinisme dans les Pyrénées (pyrénéisme?). En 1949, Robert Ollivier balançait dans la revue “La Montagne” ce beau texte visionnaire. A peu de chose près, même si on pourrait sans doute discuter quelques phrases et remettre en perspective ce qui est advenu depuis, le verbe est vif et le propos plus qu’intéressant. Il n’y a pas grand chose à jeter, pas de jugement, seul demeure l’engagement intellectuel. Alors ce beau week-end pluvieux nous laissera le loisir de relire ce long texte intemporel et culte.

Lire la suite...

- page 1 de 3